Dialysistech.org
Image default
Actualités

Le cannabis autorisé par l’UFC pour les combattants de MMA

À une époque, le cannabis était considéré comme un produit dopant qui contribuait à booster les performances des combattants de MMA. Ces derniers étaient punis ou suspendus en cas de tests positifs à cette substance. En 2021, l’Ultimate Fighting Championship (UFC) a apporté d’importants changements dans sa politique. En effet, elle a autorisé l’utilisation de cette substance.

Une autorisation votée à l’unanimité

L’Ultimate Fighting Championship (UFC) est l’une des organisations mondiales d’arts martiaux mixtes les plus importantes. En janvier 2021, celle-ci décidait de renoncer à sanctionner tout combattant MMA qui consommerait du cannabis avant les combats.

Tout combattant de MMA qui en consommerait à l’entraînement ne sera pas puni. Alors, vous pouvez voir les produis d’alimentation au CBD et chanvre qui pourraient vous intéresser à cet effet. L’UFC s’était ainsi rangée du côté de l’Agence antidopage américaine (USADA).

D’autres organisations comme la Commission athlétique du Nevada (NSAC) leur ont emboîté le pas en levant l’interdiction de l’usage du cannabis par les athlètes de MMA. À l’unanimité, cette mesure a été votée par la commission.

Au début, celle-ci s’inquiétait essentiellement sur l’effet que pourrait avoir le cannabis sur les performances des athlètes. Finalement, des études menées par l’agence Antidopage américaine ont conclu que le cannabis ne représentait pas un produit de dopage boostant ou limitant les capacités des combattants.

Dépistage du cannabis : une légitimité remise en cause depuis longtemps

Avant la prise de décision unanime des grandes instances sportives notamment celle de la MMA, la légitimité du dépistage du cannabis était discutable. Pour de nombreux combattants de MMA, il s’agissait là d’une certaine injustice. En effet, le dépistage ne permettait pas de déterminer avec précision la date de consommation du cannabis.

Effectivement, dans l’organisme, le cannabis peut être détecté plusieurs jours encore après sa prise. Ce qui signifie qu’un combattant qui consomme du cannabis médical en dehors des compétitions pouvait être sous le coup d’une sanction allant d’une amande salée jusqu’à une suspension de plusieurs années.

À titre d’exemple, un combattant comme Nikki Diaz en a d’ailleurs payé les frais. Il a été sanctionné injustement alors que le jour du combat le principe du cannabis n’était plus actif.

Fini les sanctions et les suspensions

Avec une telle décision, la donne a changé complètement pour les combattants de MMA. Les sportifs de MMA peuvent utiliser le cannabis médical sans risque d’être inquiété. En réalité, lors des contrôles antidopage avant le combat, si un combattant est testé positif au cannabis, il ne sera pas sous le coup de sanctions ou de suspensions.

Il s’agit plus précisément des tests positifs au THC ; il s’agit de l’ingrédient psychotrope qu’on retrouve dans le cannabis. Il en est de même pour les autres cannabinoïdes présents dans le cannabis que les commissions sportives nationales n’interdisent plus son usage depuis quelques années.

Par contre, sur la base de contrôles visuels, les pénalités seront uniquement appliquées lorsque le combattant se trouve « en état d’ébriété » le soir du combat. En plus, il est important de préciser que les tests de dépistage de cannabis seront poursuivis par la commission pendant les six prochains mois au minimum. Ces tests seront réalisés dans le cadre d’enquête relative aux traumatismes crâniens.

Autres articles

Le « Zoom-Face Envy » ou tendance chirurgie esthétique après le confinement

Emmanuel

Quels sont les différents distributeurs de médicaments en France ?

Emmanuel

Qu’est-ce que la formation réveil musculaire ?

administrateur

Les bienfaits d’une classe découverte pour les enfants

Ines

Aperçu sur les bienfaits de l’aquagym

Odile

Quelques conseils pour perdre du ventre

Ines